L’ÎLE AUX MENSONGES DE FRANCES HARDINGE (ROMAN)

l-ile-aux-mensonges-hardinge1860… Faith Sunderly est la fille d’un pasteur et éminent naturaliste. Accusé d’avoir trompé la communauté scientifique, celui-ci part s’exiler avec sa famille sur une île au large des côtes anglaises. Mais des menaces se propagent, jusqu’au drame. Que son père lui a-t-il caché ? Défiant les convenances sociales, avec toute la fougue de ses quatorze ans, Faith osera-t-elle faire surgir la vérité ? Une vérité qui pourrait se révéler fort dangereuse…

Frances Hardinge est née en 1973 en Angleterre. Elle passe son enfance dans la campagne du Kent, dans une vieille maison isolée, où le vent murmure, et où elle invente des histoires depuis son plus jeune âge. Elle vit actuellement à Londres. Après des études de littérature à Oxford, elle publie en 2005, Le voyage de Mosca, premier roman acclamé par la critique. Depuis, elle a écrit sept romans qui ont reçu maintes récompenses. En 2015, avec L’île aux mensonges, elle remporte le prestigieux prix Costa, attribué – fait exceptionnel – pour la seconde fois dans l’histoire du prix, à un écrivain jeunesse, à la suite de Philip Pullman.

Thèmes/Genres similaires :
Tags :  #suspense #Thriller #Fantastique #ConditionDeLaFemme #LesCritiquesDAdrien #LesCritiquesDeLisa #LesCritiquesDeKhadija
 

 

La couverture n’est pas grandiose, ça fait un peu enfantin (comme les livres qu’on peut trouver dans la section enfants), comme quelqu’un qui voudrait bien faire, un peu trop sérieux. L’histoire est originale, ça s’ancre au départ dans la réalité, on pourrait s’attendre à des problèmes de relations entre les gens. Mais il y a quelque chose qui fait que c’est un peu spécial. Je suis un peu mitigé : j’aime bien l’idée de base, mais je n’aime pas ce qui en est fait. Le personnage principal est attachant, assez réaliste, il y a des petits défauts qui sont décrits. C’est une atmosphère particulière, un peu lourde. L’écriture devient de plus en plus lourde : au départ elle est légère, c’est clair, la trame est nette. Ça donne une impression de sécurité. Mais je n’ai pas pris plaisir à lire la fin.

 

 

C’est quelque chose de sérieux, le style est particulier. J’ai bien aimé le personnage, l’histoire. Mais le titre anglais colle mieux. L’idée est très originale, ça soulève des questions. J’ai bien aimé le principe, l’atmosphère. On aurait pu penser que ça allait être lourd, cliché mais non, c’est assez naturel. J’ai beaucoup aimé la relation du personnage principal avec son petit frère. Par contre, certains actes ne sont pas tout à fait crédibles. On comprend les motivations, mais je n’irai pas faire ça…

 

 


«Je l’ai commencé mais pas fini. C’était long et j’ai pas vraiment compris le vocabulaire utilisé…»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s